Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 10:00

Cette semaine, je serai moins présente ici, car je serai là-bas, en vacances. Mais ça me ferait plaisir que vous passiez me voir mercredi, je vous dis ça comme ça...

 

Je pars une petite semaine, avec mon amoureux et ma fille sous le bras, à la campagne, avec plein d'amis. Je sens que ça va être super, et que j'aurais plein de choses à vous raconter à mon retour sur les jeunes parents et la vie en collectivité...

 

D'ici là, je vous souhaite de bonnes vacances pour ceux qui en ont, et du courage aux autres!

 

DSCN3331.JPG


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 19:45

Je ne suis pas là, en ce moment, vous l'aurez sans doute (peut-être (ou pas)) constaté. En fait, je suis encore en vacances (oui, je n'arrête pas mais j'en profite avant la grande reprise).

J'ai testé le train toute seule avec bichette, pour ces vacances. En effet, nous sommes partis une semaine en Ardèche, et l'Ardèche c'est loin. Enfin, loin de chez moi, j'entends. C'est beau mais c'est loin, en voiture. Du coup, plan B, pour éviter de nous retrouver à faire 10 heures de voiture en compagne d'un bébé hurleur et pas content, j'ai pris le train tandis que papabichette partait en voiture avec sa soeur, et nous nous sommes retrouvés dans la grande ville la plus proche pour terminer la route avec une heure et demi de voiture (c'est loiiiin même du train).

 

J'avais déjà pris le train avec ma bichette, pour aller à Lyon en compagnie de mes copines de grossesse (aaaaah mes copines de grossesse, j'vous en reparlerai... peut-être), et aussi pour aller à Angers avec le papa de bichette, mais jamais seule, en tête à tête avec bichette. Eh ben, c'était sportif.

 

En fait, faut juste que j'arrête de vouloir protéger à tout prix les oreilles de mes voisins. Faut que j'arrête d'en avoir quelque chose à foutre de ce qu'ils pensent. Parce que j'empêche ma bichette de vivre sa vie de bébé bichette trop mignonne, à force de flipper de gêner. Mais c'est pas évident d'aller contre son éducation. Pis, je voudrais pas devenir casse-couilles non plus. Mais bon, bref, je suis un peu comme ça. Par exemple, il m'arrive de m'excuser dix fois, et si on me demande d'arrêter de m'excuser, je me sens encore plus mal à l'aise, et je m'excuse encore plus. Syndrôme de persécution, non? C'est-à-dire que je donne parfois le bâton pour me faire battre.

Trêve de digression, en fait, ce que je voulais dire, c'est que j'ai passé mes trois heures de train (et ça fait un peu long, trois heures) à essayer d'endormir bichette, ou du moins, à essayer de l'empêcher de s'exprimer avec son babillage si doux, si agréable, si drôle, que j'aime tant. En y repensant, c'est con, comme attitude, mais j'ai pas pu m'en empêcher, et sur le coup, je me suis surtout dit que je ne voudrais pas que tous les regards se tournent vers nous, désapprobateurs.

Et donc, j'ai commencé par bercer ma bichette en Manduca, de long en large du couloir, entre deux wagons. Ma méthode ne fonctionnant pas, je suis passée au plan B: m'enfermer avec miniplume dans le local à langer, et lui donner force tétées, jusqu'à l'assommer de lait.

Si vous ne connaissez pas le local à langer, sachez que l'espace y est optimisé à fond, et qu'on soulève une table à langer pour trouver un fauteuil plutôt pratique pour allaiter. Je manquais un peu de place avec mon nouveau sac à main en cuir (donc imposable par terre dans ce type d'endroit, pas envie de le défoncer). La tétée, c'était assez efficace, mais pas du premier coup. Donc, balade dans le couloir, rebelote, avec les gens qui te regardent bizarrement, sans doute parce qu'ils ont peur que tu piques leur sac (bah, tu traînes tout près de la réserve de sac, certes, mais avec un bébé dans le Manduca, tu ne risques pas d'aller bien loin, quand même), et retour en cabine de tétouille. Opération dodo réussie.

 

De retour à mon siège (ah, j'vous avais pas précisé que j'étais placée dans un carré, qui plus est pas dans le sens du train, merci monsieur SNCF), il a fallu gérer avec la chaleur étouffante, et mon voisin qui remontait systématiquement le rideau, alors que ma voisine le baissait pour nous protéger, miniplume et moi.

Bref, ma bichette a quand même dormi une heure, et ça, c'était reposant. Après son réveil, tout allait mieux, même si elle babillait toujours délicieusement (ma bichette est une pipelette, et c'est trop génial). Et puis, des personnes sont descendues et je me suis vautrée sur deux places vides, tandis que miniplume jouait à cache-cache avec une dame derrière.

 

Après, les vacances, les délicieuses vacances... Nous étions treize, quatorze avec miniplume, au plus fort du séjour, toute la famille du papa de bichette, ou presque, et c'était ma foi bien agréable.

 

Pour la première fois, ma bichette s'est laissée prendre dans les bras sans pleurer, et même, en ayant plutôt l'air contente.

Pour la première fois, ma bichette s'est baignée dans l'eau de la rivière, d'abord directement dans la rivière, puis dans une mini piscine gonflable, et elle a bien apprécié!

Pour la première fois, ma bichette a marché à quatre pattes (elle nous le préparait depuis un bail), et maintenant, elle crapahute comme une petite bichette qu'elle est.

Pour la première fois, ma bichette a dit maman (ou plutôt, elle prépare ça depuis quelques semaines mais elle prononce maman plutôt distinctement, maintenant). Bon, d'accord, elle dit maman à toutes les sauces, mais elle le dit, et ça fait fondre mon petit coeur tout doux.

 

Nous avons bien mangé, nous avons bien joué aux cartes, nous avons bien rigolé, nous nous sommes bien baignés. C'était vraiment de chouettes vacances. Et puis, nous avions des bras toujours heureux d'accueillir notre bichette, ce qui a soulagé considérablement nos dos, et nous a permis d'avoir quelques moments tranquillou. Néammoins, je n'étais jamais loin (en mode maman poule).

 

Le chemin du retour s'est passé plus ou moins comme celui de l'aller. Par contre, j'ai rencontré une chouette jeune femme, comédienne, qui a qualifié ma bichette de "magnifique", avant de la trouver particulièrement éveillée pour ses huit mois,  pour finalement s'attendrir lorsque ma bichette a prononcé "maman". Du coup, j'étais dans de bonnes conditions et de bonnes dispositions envers ma voisine (maman flattée, maman gagnée).

 

Nous sommes tristes d'être rentrés... mais nous repartons dès demain, pour la Normandie (encore) cette fois, bravant le froid et la pluie inhabituels (sisi, j'vous jure). Peut-être qu'à notre retour, miniplume saura marcher sur les jambes, compter et peut-être, bon, là je rêve, mais peut-être qu'elle saura enfin se rendormir seule, s'endormir seule déjà, et faire une nuit complète?

 

Qui sait?...

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:25

Dans quinze jours, nous repartons en vacances avec miniplume. Et c'est là que je m'aperçois que je ne vous ai pas raconté nos premières vraies vacances!

 

Flash back, début mai 2011: papabichette, bichette et moi-même décidons que, décidément, Paris, c'est fort déprimant, surtout dans notre appart trop petit pour nos rêves. Et nous partons alors pour la Normandie, plus exactement le Cotentin, dans la maison familiale achetée par mes grands-parents il y a plus de trente ans. Ce sera le premier voyage de bichette, mis à part quelques excursions d'une ou deux journées en train, et un séjour déjà raconté ici il y a quelque temps.

 

P1070214

 

Alors, la dernière fois, je vous disais que pour partir un week-end, il fallait s'y prendre vachement à l'avance. Eh bien, pour partir une semaine ou plus, et en l'occurrence, deux semaines, c'est proportionnel. Ah non, zut, c'est pas le mot que je cherchais... c'est exponentiel. Tu multiplies tout par l'infini, au bout d'un moment, c'est plus simple.

 

Mais bon, on s'est dit qu'on serait malins, cette fois-ci, et qu'on aurait une liste de trucs à ne pas oublier. Et comme vous rêvez de savoir ce que contient cette liste, je vais vous la révéler (et vous avez même le droit de vous en servir, mais je doute que ça vous serve vraiment).

 

Dans ma valise, il y a:


- les fixations pour le siège-auto/la nacelle (c'est LE truc chiant, quand tu l'oublies)

- La poussette

- Le lit parapluie (oui, au cas où vous réussiriez à coucher votre chou ailleurs qu'avec vous dans le lit) + éventuellement un matelas (c'est hyper dur, les fonds des lits parapluies, non???)

- La gigoteuse

- Une ou deux couvertures supplémentaires

- Le transat

 

- Le carnet de santé

- La vitamine D

- Le duo gagnant thermomètre + vaseline

- L'indispensable doliprane

- La crème solaire

- La crème hydratante

- Le chapeau protecteur

 

- Au moins deux biberons (+lait, pour les non allaitantes au sein)

- Le babycook

- Les couverts pour bébé

- Les bavoirs

 

- Le transat pour le bain

- Le thermomètre pour ne pas l'ébouillanter

- La serviette de bain

- Le savon

- Les couches

- Les cotons

- Le liniment

- Les langes (qui servent de bavoirs/protèges-soleil/mini-couverture... multi-fontions, quoi)

- Les portes-bébé: Manduca+écharpe (JPMBB, ici)

- Des bodies en pagaille, manches longues, courtes...

- Des pyjamas, en coton et en velours

- Des pantalons, des tee-shirts, des pulls, des robes, des chaussettes,...

 

- De la patience, du courage...

 

Voilà, la liste, en gros. Les indispensables. Chéri avait mis la liste en page avec des carrés pour cocher ("J'ai!"). Et ça a fonctionné, on n'a rien oublié (ouf!). Non, non. Par contre, au lieu de mettre deux heures, on a mis plus de quatre heures à se préparer. Sans rire. Du coup, quand même, gros soulagement quand nous sommes partis.

 

L'organisation dans la voiture était bien sympathique: nous avions remarqué que miniplume commençait à souvent se plaindre quand on prenait la route, donc, nous avions décidé que je resterais avec elle à l'arrière pour la rassurer et la consoler. En fait, c'était juste très chiant .Et surtout, ça n'a servi à rien. Les deux premières heures, miniplume a dormi. Ensuite, les ennuis ont commencé: soif/faim/ennui/couche sale? Tout en même temps? Elle était au bord de l'implosion à chaque instant, et il fallait la distraire sans discontinuer sinon c'était crise de larmes. Enfin, elle a quand même fini par se rendormir et nous par arriver, sains et sauf et presque fous.

 

Une chose à savoir: ne jamais oublier, JAMAIS, qu'en Normandie, il fait froid, au moins la nuit. Nous n'avions pas de pyjama en velours pour la bichette, et les premières nuits, ça caillait sévèrement, donc nous avons dû nous fournir au plus vite en pyjamas et gigoteuses bien chaudes. A part ça, pas de problème, les nuits étaient comme celles de chez nous, entrecoupées de réveils et de cododos. Mais rien de différent, ouf! On a eu peur qu'elle dorme bien! ...

 

La plage avec la bichette, c'est assez funky. Déjà, il a fallu se fournir en parasol: toujours prendre la GRANDE taille, sinon, on galère pour installer quoi que ce soit à l'ombre (le pied du parasol est la seule chose qui se trouve à l'ombre). Ensuite, il faut acheter une serviette géante pour éviter que la bichette ne bouffe du sable (le sable, c'est vicieux, ça s'insinue partout). Enfin, il faut que la bichette dorme, sinon, ce n'est pas gérable...

On croyait pouvoir se baigner tour à tour dans la (froide) Manche... Erreur! tant que la bichette dort, c'est possible, mais à peine réveillée, elle hurle, et si toi, tu peux supporter ses hurlements, tes voisins de sable, eux, auront du mal. En résumé, la plage, c'était dix minutes: le temps de tout installer, de courir se baigner trente secondes (m'en fout, elle était glaciale) et de tout remballer. Heureusement, les trois derniers jours, ma parfaite bichette s'était acclimatée et nous avons pu en profiter davantage.

Le plus enquiquinant, avec la plage, en fait, c'était que j'étais tout le temps en stress: peur qu'elle ait chaud/froid, peur qu'elle prenne le soleil et un vilain coup (je ne vois pas comment, avec le combo chapeau + vêtements longs + parasol + crème solaire), peur qu'elle bouffe du sable, peur qu'elle se déshydrate, peur qu'elle ne s'ennuie... 

 

Du coup, les vacances avec miniplume, c'était surtout de très belles balades, en Manduca ou en écharpe.

 

P1070217

 

Finalement, c'était le meilleur moyen de se retrouver un peu, avec papaplume: lorsqu'elle s'endormait sur lui ou sur moi, on pouvait enfin se poser au bar du port et déguster notre chocolat chaud en amoureux.

Et le plus beau moment, je pense, c'est quand nous sommes allés admirer le beau coucher de soleil sur la mer, le premier de miniplume, notre premier tous les trois.

 

P1070798

 

Vous l'aurez compris, je me plains, je me plains, mais nos premières vacances à trois, c'était magnifique, et j'ai hâte de recommencer!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 12:30

Il y a un mois, nous sommes partis un long week-end chez mes beaux-parents (cf Odorama) avec miniplume, pour prendre un peu l'air (papaplume commençait sérieusement à craquer, et j'étais dans un état second). Mis à part deux jours, par ci, par là, c'était la première fois que nous partions en vacances avec miniplume (nous sommes restés cinq jours). Nous n'allions pas loin, en grande banlieue, mais il fallait quand même tout prévoir pour miniplume.

 

Ce qu'il faut savoir, d'abord, c'est qu'on a besoin d'un camion d'affaires pour un tout petit bébé. Je crois même que c'est inversement proportionnel à l'âge du bébé. Plus le bébé est petit, plus le sac est gros. Et c'est comme ça qu'on se retrouve avec deux énormes sacs pour un séjour de cinq jours.

La deuxième chose qu'il faut savoir, c'est qu'on ne peut plus faire le sac au dernier moment. Parce que sinon, on arrive en retard, on loupe le train, etc... Il faut au moins une heure pour se préparer, mais en fait, il faut bien deux heures. Vous voyez quand vous sortez pour vous promener? Il faut habiller le bébé, prévoir un body de rechange (voire deux), un pantalon de rechange, des couches (au moins trois, si il y a un caca nucléaire), du coton, éventuellement du liniment, un gilet supplémentaire, une couverture (au cas où la température chuterait brutalement de 15°C), un lange/un bavoir/un serviette pour les "bavbavs", un ou deux petits joujoux, sans compter le(s) biberons, le lait et l'eau, si vous n'allaitez pas au sein. (On en revient au sac énorme). Et donc, trouver tout ça dans le foutoir que votre appartement est devenu (ou alors, ce n'est que chez moi, ça?), ça prend du temps. Une fois votre bébé habillé, son sac prêt, vous vous préparez en trois minutes (la douche ce sera pour demain), et vous vous apprêtez à partir quand votre chouchou (rayez la mention inutile): fait un caca atomique qui transperce le body ET le pantalon donc change total obligatoire/hurle de tous ses poumons parce qu'il a mal aux dents-faim-fatigué/a vomi ou bavé si fort que'il faut le changer de haut (voire de body). Ne cherchez pas, c'est mathématique, il y a toujours un imprévu de dernière minute de ce genre.

Eh bien, quand vous partez en week-end, c'est pire.

Et c'est là qu'on a compris qu'il fallait une check-list pour ne rien oublier. Enfin, quand je dis "là", je veux dire "une fois installés dans le rer et qu'on s'est aperçu qu'il nous manquait un truc". D'où l'importance (encore une fois) de ne pas faire son sac (enfin, celui de miniplume) au dernier moment.


Premier truc oublié: les attaches-nacelle pour la voiture. Et ça, c'est juste le truc indispensable si tu prends la voiture, et bien sûr, ça ne se trouve pas dans les magasins du coin. Donc, un petit aller-retour de chéri pour aller cherche le truc.

Deuxième truc oublié: le thermomètre de bain. C'est quand même bien utile si tu ne veux pas ébouillanter ton bébé. Comment le remplacer? Tu prends le thermomètre pour prendre sa température et tu galères.

Troisième truc oublié: le transat de bain. Il faut savoir que miniplume a développé une phobie de l'eau ou un truc du genre quand elle était (encore plus) petite, ce qui fait que j'ai du prendre mon bain avec elle pendant un mois sous peine de crise de terreur incontrôlée (et incontrôlable). Puis nous avons trouvé cette magnifique invention, the transat de bain, et tout allait mieux. Donc, rebelotte, bain avec maman (ce qui ne me déplaît pas tant que ça, en fait).

 

Mis à part ces petits soucis matériels, miniplume a pour la première fois dormi dans un autre lit que le sien (ahahah, la bonne blague, comme si elle dormait dans SON lit...). Donc, je disais, dans un autre lit que le nôtre... Et bizarrement, ça s'est bien passé (alors que je m'attendais à ce que ce soit encore piiiire). En même temps, en vrai, ça ne pouvait pas être piiiire. Eh bien, on pouvait la coucher vers 21h30-22h, et après deux réveils, elle se réveillait vers 8h30. Et faisait ses deux siestes tranquillou dans la journée. Donc un rythme presque potable (non, bon, ok, c'était tout pourri mais moins pourri qu'avant et surtout que maintenant.... j'y reviendrai).

 

C'était aussi l'une de ses premières rencontres animales: un chien (si on peut l'appeler comme ça, ce cabot, mais là n'est pas la question), deux énormes matous, et puis, un gros canard (limite obèse), une famille de ragondins, des papillons, des fourmis, des araignées (aaaargh, ma phobie). Bref, la "nature", quoi. Et surtout, l'herbe, le vent, le soleil. Je crois que ça lui a bien plu...

 

Quant à ses grands-parents, comment dire... Gaga? Ultra gateux? Complètement fous de leur toute mini miniplume? Le grand-père a trouvé la technique pour capter son attention et la faire arrêter de pleurer: taper dans ses mains. Clap clap clap et hop, la bichette est hypnotisée. La grand-mère a pu bercer la bichette sur le ventre en lui chantant des airs connus d'elle seule pendant des heures. La tante a pu bétifier avec sa nièce et la faire jouer taper comme une folle sur un vieux clavier électronique, la rendant zinzin et l'excitant avant de dormir...

 

Bref, le week-end a été excellent. Vraiment, vraiment, reposant, amusant, détendant, très agréable.

Et une semaine plus tard, nous sommes partis pour quinze jours de "vraies vacances".... Affaire à suivre!

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 13:30

Parmi les activités sympathiques que l'on peut faire avec son bébé, il y a les massages du bébé. Bon, je vous l'accorde, c'est une activité qui s'inscrit dans mon trip "maman nature" ou "maman BoBo", comme vous préférez. Il n'empêche que c'est bien cool, surtout quand on le fait entre copines...

 

Alors, d'abord, pourquoi masser son bébé? Quel est l'intérêt?


Bon, vous voyez le plaisir que vous prenez quand on vous masse? Donc, je crois que vous avez bien capté le bien que cela peut faire à votre chouquinou. Mais en plus, ça peut soulager les gazs et les coliques (aaaaaah, les coliques...), relaxer le bébé et éventuellement le détendre avant la nuit (si seulement ça pouvait carrément l'assommer!), renforcer les liens parents-bébé (oui, car le papa peut aussi faire les massages, ce n'est pas réservé à la maman, non mais!). Bref, a priori, que des avantages, non?

 

Donc, où et avec qui masser son bébé?


Alors là, pas de règle... Il existe une foultitude d'associations et de lieux qui proposent des séances de massage. Certaines sages-femmes de ma maternité en proposaient, par exemple. Sur internet, vous pouvez aussi trouver pas mal de séances.

Personnellement, j'ai suivi des séances dans LA boutique de couches lavables de Paris, ApiNapi, qui organise régulièrement des séances intéressantes: massage, communiquer en langue des signes, etc... J'ai choisi ce lieu car, en plus d'être sympa, il se trouve à deux pas de ma maternité, et pas loin de chez moi. Mais par ailleurs, je sais qu'au Poussette Café (dont je vous reparlerai très vite), ils proposent également des séances.

Notre instructrice fait partie de l'IAIM, mais je crois qu'en France, ça s'appelle plutôt l'AFMB. Peu importe (ou alors, peut-être que si? Mais je ne suis tellement pas spécialiste que je ne peux que vous conseiller d'aller faire un tour sur leurs sites pour en savoir plus). En tout cas, cette instructrice était absolument charmante, gentille comme tout et très (trèèèès) patiente.

 

Comment ça se passe?

 

Déjà, rassurez-vous, si vous en doutiez, c'est bien VOUS qui allez masser votre bébé. Pas question de le laisser aux mains d'un(e) inconnu(e). Moi, je suis venue avec mes trois copines fraîchement mamans rencontrées au fil de mes discussions sur un forum, pendant la grossesse, et c'était notre première rencontre en vrai (IRL, comme on dit quand on n'est pas une newb comme moi...) Et leurs bébés, bien sûr. Quatre mamans qui se rencontrent pour la première fois, quatre bébés de trois à quatre mois... Et vas-y que ça papote, et vas-y que je regarde ton bébé, ah, il est comme ça, comme il est chou, oh, regardez-les, ils se parlent, oh, il a vomi, oh, elle hurle (la mienne), elle a faim, oh oh oh... Imaginez l'enfer. Enfin, pour l'instructrice, parce que pour nous, c'était plutôt drôlement bien!

 

Bref, après quelques (longues) minutes hystériques, la jeune femme nous propose de nous assoir devant les matelas préparés au sol, et d'y allonger nos bébés, puis de nous présenter. Elle se présente à son tour (elle a une fille de deux ans, elle est instructrice depuis X temps, formée par l'IAIM, etc.) puis nous propose de nous relaxer. Nous devons tenir nos bichonnets sur nous, et respirer profondément (trop facile, pour moi, qui ai un super souffle grâce au yoga!). Puis, nous devons faire quelques étirements des bras et de la nuque pour se détendre totalement. C'est logique, si on est stressé, on transmet son stress au bébé. Bah, oui, vous n'aviez pas remarqué que les bébés sont de véritables éponges?

Ensuite, elle nous montre quelques mouvements à effectuer sur les jambes du bébé. Il faut d'abord mettre un peu d'huile sur les mains et... Ah, mais je ne vous ai pas dit, pour l'huile! c'est simple, il suffit de prendre de l'huile de cuisine, Bio, de préférence, pour éviter les pesticides. Pas la peine d'investir dans une huile de massage spéciale, l'huile de consommation est la mieux adaptée: pas d'allergie, pas de parfum, la plus naturelle. Je vous passe les détails, mais en gros, c'est la meilleure solution. C'est un peu rebutant au début, mais en fait, ça passe bien, et on n'a même pas les mains grasses après le massage (et pourtant, l'huile d'olive, c'est gras).

 

Le massage:

 

Nous avons eu droit à trois séances: la première, c'était sur les jambes, la seconde, sur le ventre, le torse et les bras, la dernière, sur le visage et le dos.

Le principe, c'est de toujours demander l'autorisation au bébé avant de le masser ("Bébé, tu veux bien que je te masse?"), et de trouver le bon moment pour le faire, soit, pas quand il pleure, ou qu'il s'endort, ou qu'il a faim. Au moment d'éveil calme, quoi.

On masse une jambe, puis l'autre, de l'aine à la cheville, puis le pied, puis l'inverse. Il faut appuyer suffisamment pour que le bébé sente la pression (et que ça masse) mais pas trop pour ne pas faire mal. C'est assez facile... à condition que le bébé soit d'accord. On masse également les fesses du bébé (en faisant des petits cercles sous les fesses): très apprécié des bébés!

En ce qui concerne le ventre, c'est le massage préféré de ma fille, sans doute parce qu'elle a eu pas mal de coliques (enfin, "coliques" je dis ça, mais finalement, étaient-ce vraiment des coliques?). LA chose à retenir, c'est qu'on masse toujours dans le sens des aiguilles d'une montre. Non, il ne s'agit pas d'une recommandation à la con, c'est juste que cela suit le fonctionnement des intestins. Ca aide les gazs (miam!) à être mieux évacués. On fait donc des massages circulaires, et on regroupe les jambes du bébé en pliant ses genoux et en les ramenant sur son bidon. Le bébé fait ses prouts et rigole, en général.

Quant au visage, on masse les sourcils, les pommettes, mais tout ça, c'est le plus difficile parce qu'en général, le bébé n'aime pas trop, et tourne sa tête dans tous les sens.

 

Ce que j'en retiens, c'est surtout que c'est un moment privilégié avec son bébé, un moment en tête à tête de douceur. Et aussi, que le massage du bidon, ça fait du bien au bébé, et on peut en faire un jeu.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:30

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler des activités que l'on peut faire avec un bébé (grossesse comprise). En fait, la grossesse, c'est l'occasion de découvrir plein de nouvelles activités que l'on peut, pour certaines, continuer après l'accouchement.

 

C'est le cas pour le Yoga.

 

Comme je l'ai déjà dit, ma grossesse a provoqué chez moi un instinct de conservation sous la forme d'un désir de nature assez fort. Ce désir s'est traduit par des changements d'habitudes de consommation (cf ici, et ), mais pas seulement. Je suppose que c'est la même chose pour vous, mais enceinte, j'avais envie de (re)découvrir mon corps. Comme pour beaucoup d'entre nous, j'ai un rapport pas toujours très sain avec mon corps, entre malbouffe et désirs de régimes. Un an avant de tomber enceinte, j'ai perdu 18 kilos que j'avais accumulés depuis quelques années, entre autres après l'arrêt de la cigarette (bieeeen). Ces kilos perdus l'ont été par un régime (Dukan) et par un gros stress (début de ma vie active). Je suis donc redevenue mince. Et redevenue "dodue" après la grossesse, pendant laquelle je dois bien avouer que je me suis lâchée (on est gourmande ou on ne l'est pas, hein...). Bref, le poids n'est pas le sujet aujourd'hui.

 

Pour préparer mon accouchement, j'ai choisi le Yoga. Ça faisait quelques temps déjà que ça m'attirait, j'avais l'occasion d'en faire dans ma maternité (Les Bluets), j'ai donc sauté le pas.

 

Après un premier entretien individuel pendant lequel la prof m'a fait faire quelques exercices de respiration (Nadi Shodhana: la respiration alternée), rendez-vous avec d'autres futures mamans pour des exercices en groupe. Etirements, respiration, relaxation... J'ai vite accroché car c'est une activité qui fait travailler tout le corps, tout en le détendant, et en permettant à la future maman de communier sereinement avec son bébé.

 

Déroulement du cours de yoga prénatal:

 

Assises en tailleur/lotus sur des tapis autour de la prof, nous prononçons trois fois le "oooooooohmmmmmmmmmm", qui nous prépare physiquement et mentalement à entrer dans le cours. Au fur et à mesure des séances, mes "ohm" se sont allongés, signe que mon souffle était de plus en plus profond.

 

Puis, nous prononçons le "Nadi Shodana": on respire par la narine droite en bouchant la gauche, puis on souffle par la gauche en bouchant la droite. Ensuite, on respire par la gauche en bouchant la droite, etc... Apparemment, cela permet de purifier le système nerveux, sanguin et respiratoire. Personnellement, j'ai toujours un peu de mal avec toutes ces histoires de points d'énergie etc. Donc, pour moi, cette respiration permet surtout de se détendre et de se concentrer sur la respiration.

 

Ensuite, viennent les postures (après chaque posture, on se met dans la position de détente: recroquevillée, assise sur les genoux, la tête en avant reposant sur les poings, le dos droit: trèèèèès agréable, surtout quand on a mal au dos):

  • la Salutation à la Lune: debout sur les genoux (oui, la formulation n'est pas très bonne, mais je ne savais pas comment dire), on étire les bras devant et en l'air, en suivant un schéma (que je ne vous décrirai pas ici, vu que ça ne vous parlerait pas vraiment) et en allongeant la respiration. On se détend, on étire le dos, les bras, la colonne... C'est assez difficile au début (on manque de souffle, c'est fatigant) mais c'est assez gratifiant (on sent que ça travaille) et ça fait du bien au haut du dos.
  • La posture du chat: à quatre pattes, on inspire par le nez en étirant la tête vers le haut et les fesses vers l'arrière, puis on souffle par la bouche en rentrant la tête et le fesses et en arrondissant le dos. Le principal, c'est d'y aller hyper doucement, d'étirer le souffle le plus possible (c'est ce qui va servir pour l'accouchement, et puis, c'est mieux pour les muscles, pour le corps, pour tout).
  • Des postures d'équilibre: fixer un point à l'horizon, faire glisser un pied le long de la jambe en équerre, genou bien à l'extérieur et lever les bras au-dessus de la tête, joindre les mains et les redescendre (comme pour prier).

Après ces postures, une bonne relaxation, sur le dos, avec des exercices pour contracter chaque partie du corps puis une détente totale, en communion avec son bébé (qui en profite en général pour gigoter dans tous les sens).

 

Et pour conclure, à nouveau en tailleur, nous prononçons trois fois le "oooohmmmmm" et la séance est terminée.

 

Je vous ai décrit plus ou moins le cours que j'ai suivi, mais il est à préciser que la prof a inventé sa propre méthode, avec de nombreuses postures spécialement pensées pour les femmes enceintes. Toutes les séances de yoga proposées par les maternités ne sont pas de vraies séances; beaucoup de sages-femmes s'improvisent prof de yoga alors qu'elles ne proposent en fait que des séances de relaxation. Quant au yoga pratiqué en dehors de la maternité, il faut être méfiant car certaines postures du yoga classique ne conviennent pas aux femmes enceintes. (je précise tout cela, je ne fais que répéter ce que nous a dit ma prof, et je la crois bien volontiers). 

 

Le Yoga maman-bébé:

 

En fait, mon expérience n'est pas encore très concluante pour les bébés, c'est surtout un Yoga postnatal (très bien pour la maman) AVEC bébé. Mais peut-être que quand nos bébés seront plus grands, il sera plus facile de "Yoguer" avec eux (je ne sais pas si ça existe, mais j'aime bien). Parce que pour l'instant, ma fille préfère me regarder souffler et m'étirer, et n'aime pas trop quand je la prends sur moi ou que je la porte à bout de bras en faisant mes postures!

 

La séance débute et se termine de la même manière que le yoga prénatal, avec des "Ohm" et le "Nadi Shodana", puis souvent avec la posture du chat. Mais, à la différence du yoga prénatal, on sollicite les abdos en les rentrant, ET le périnée. On enchaîne sur des postures qui font travailler le périnée dans tous ses états, et on réveille doucement mais sûrement les abdos. Au final, les postures sont plus ou moins les mêmes que dans le yoga prénatal, mais adaptées à la femme qui a accouché, et qui souhaite se remuscler le bidou, le périnée et un peu tout le reste.

 

Mon avis (parce que quand même, ça peut vous être utile):

 

Je suis conquise aussi bien par le yoga pré que par le postnatal.

 

Pour le prénatal, il faut savoir que ça détend beaucoup (le dos, et le moral), et que ça fait travailler avantageusement le souffle (utile pour le Jour J). Personnellement, j'ai adoré le moment de prononcer le "oooohmmmm". En fait, c'est ce "ooohmmm" qui va servir pour l'accouchement: on souffle le plus lentement possible en prononçant un son monocorde mais c'est finalement assez mélodieux. Plus on progresse dans le cours, plus le son vibre dans les cordes vocales, dans tout le corps, et on se sent bien, bien, bien...

Le jour de l'accouchement, je m'en suis servi pour me détendre et souffler lors des contractions. Je ne vous cache pas que les "ohm" se transformaient en "arrrrgggghh" et en cris plus ou moins forts. Mais quand même, ça m'a bien aidé.

Je suis donc totalement pour!

 

Pour le postnatal (je suis en plein dedans): c'est franchement cool, on réveille ses muscles un à un, on travaille le périnée qui, on ne va pas se mentir, a sacrément morflé, et on étire son dos (et surtoutla nuque, les épaules et la zone derrière les omoplates qui fait bien mal quand on allaite...). En gros, c'est un bon moyen de se réapproprier son corps.

 

Si ça vous tente, je peux vous donner les informations pratiques de mes cours (c'est à Paris). C'est une femme très chaleureuse, qui aime bien bavarder et je vous avoue que c'est en partie ce qui m'a attiré, au départ. Pouvoir échanger avec elle et d'autre futures mamans.

 

Oooohmmmmmmmmmmmmmmmmmm

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

Où C'est Qu'on Est, Ici?

  • : Nouvelle Plume
  • Nouvelle Plume
  • : Une femme, une maman, une prof, une cinéphile, une littéraire, une imbécile, une intello.
  • Contact

Me voir sur HelloCoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez LuPlume sur Hellocoton

Tentative De Rangement...