Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 13:30

Alors alors alors. Je ne sais pas si vous êtes du camp des "sucettes" (ou "tétines"), ou dans celui du pouce. Choisis ton camp, camarade, il en va de l'avancée d'un débat crucial.

Oui, car, quoi qu'il arrive, vous n'avez pas pu passer à côté de la tentation de la tétine, au moins les jours de détresse ultime, lorsque votre petit nain/bébé/chouchou/loupiot hurle non-stop et que vous avez perdu le mode d'emploi... Parfois, elle vous a été imposée proposée à la maternité (avec insistance), parfois elle vous a été déconseillée à la maternité (avec insistance)... Peut-être même aviez-vous un avis avant d'avoir votre enfant, appréciant les bébés avec une tétine dans la bouche, ou détestant cela, trouvant le pouce attendrissant ou carrément énervant.

 

Alors, que choisir? Quels sont les avantages et les inconvénients de la tétine et du pouce?

 

Hin hin hin (rire sarcastique). Oui, car, comme si vous alliez choisir... enfin, si, en fait, mais pas totalement. Prenons un bébé. Oui, oui, le vôtre, ce sera plus simple. Observons-le ensemble, si vous le voulez bien. Vous aimeriez qu'il dorme la nuit... Mais non. Bon, alors, qu'il fasse au moins deux siestes par jour...mais non (bon, mes exemples sont un peu orientés, mais ma fille ne dort plus, après dix jours de fol espoir... Mais je m'égare). Vous aimeriez que votre bébé mange proprement, fasse pipi et caca sur son pot, ou au moins dans sa couche, mais pas sur vous quand vous le changez sur le canapé neuf de vos voisins... Je crois que vous voyez où je veux en venir... Oui, un bébé, ça sait ce que ça veut... et ne veut pas.


tetine1.JPG

 

Pour ma part, avant d'être enceinte, je trouvais ça drôlement mignon sur un bébé, les tétines. Je trouvais même que c'était l'attribut idéal du bébé, et j'imaginais déjà mon propre enfant la tétine au bec. Et puis, je suis tombée enceinte. À la maternité, on m'a mise en garde contre la tétine, pendant le premier mois du bébé, si je voulais allaiter au sein, car il paraît que ça donne au bébé de mauvaises habitudes de succion, et qu'il finit par ne plus savoir téter le sein. De la même manière qu'il valait mieux éviter le biberon le premier mois, pour les mêmes raisons. Ah d'accord. De toutes façons, je commençais à changer d'avis sur la tétine. Je trouvais ça moins mignon. Je trouvais même cela énervant.


Et puis, j'ai accouché, et je ne sais pas exactement pourquoi, mais j'ai fait un rejet viscéral de la tétine. Imaginer ma toute petite fille avec une tétine dans la bouche, je trouvais ça moche. Et en y réfléchissant, et en lisant des bouquins, je me suis dit que l'on donnait des tétines aux bébés pour les faire taire. Un bébé n'a que ses pleurs, ses cris, ses gazouillis pour se faire comprendre, surtout dans les premiers mois de sa vie. Alors, lui fourrer une tétine dans la bouche pour arrêter ses pleurs, je trouvais que c'était à la limite de la cruauté.


Je vous rassure, j'ai mis de l'eau dans mon vin, depuis, et je conçois parfaitement que l'on puisse avoir besoin d'une tétine. D'ailleurs, ma fille s'exprime tellement, de toutes les manières que j'ai citées plus haut, que j'ai acheté deux tétines et que j'ai essayé de les lui donner, notamment pendant ma rééducation du périnée, pendant laquelle ma fille finissait immanquablement par s'énerver.

Mais, soit parce que quand je lui mettais la tétine, j'avais un pincement au coeur et je souhaitais secrètement qu'elle la rejette, soit parce qu'elle n'aimait pas le goût du plastique, ma fille n'a jamais adopté la tétine.

Je dois dire que ça m'arrange, dans un sens, puisque je détestais cette image; et aussi, parce que franchement, devoir me réveiller dix fois par nuit pour lui remettre sa sucette perdue dans le lit, ça ne m'aurait pas plu (déjà qu'elle ne dort pas...)

 

Le pouce, par contre... C'est une autre histoire. Elle remonte à ma propre enfance. Oui, car, ma mère n'aimait pas les tétines non plus, apparemment (ce que je ne savais pas, je précise), et j'ai donc trouvé le parfait substitut: mon pouce. Tellement parfait que je m'en suis servi pendant plus de dix ans. Ce qu'il y a, c'est que je me souviens encore parfaitement du réconfort qu'il m'apportait, de cette sensation de plénitude, de douceur, de cette impression d'être dans dans un cocon bien confortable et hermétique... J'associais mon pouce au "drap", que l'on appelerait "doudou" aujourd'hui, mon drap que je tenais de la même main que mon pouce, et que je "sniffais" en suçant mon pouce.

Aujourd'hui, je ne suce plus mon pouce depuis bien longtemps mais toutes ces sensations sont revenues avec ma grossesse et la venue de ma bichette. Et finalement, j'ai fini par me dire que j'aimerais qu'elle suce son pouce (puisqu'il y a de toutes façons un besoin de succion) plutôt que la tétine. Plus naturel, peut-être. Rien à voir avec des histoires de dents, en tout cas, ça, ça ne m'inquiète pas du tout. Et puis, sucette ou pouce, apparemment, ça ne change rien à ce niveau-là. Donc, ce n'est pas ça. Je crois que c'est juste que j'ai envie qu'elle trouve, à son tour, ce moyen de trouver du réconfort, même si j'essaie de lui en apporter moi-même le plus possible.

 

Bref, ce qui est sûr, c'est que les bébés ont besoin de téter quelque chose: une tétine, un pouce, un sein... un petit doigt? C'est en effet le petit doigt de ma main, ou de celle de papabichette, qui a fait office de tétine pendant quelques temps (assez longtemps, en fait). Puis, à ma grande joie, elle a trouvé son pouce, d'abord avec difficulté, puis de plus en plus précisément. Jusqu'à le prendre parfaitement depuis un mois. Grâce à lui, elle a appris à se rendormir seule, à se soulager quand le besoin de succion était fort. C'est devenu même quelque chose d'assez fort, pour elle. Elle a commencé à faire ses nuits, j'étais comblée. Et puis, hop, elle l'a reperdyu. Et c'est pas comme la tétine, tu peux pas lui mettre dans la bouche, quand elle pleure. Elle bouge les bras dans tous les sens, donc pas très pratique pour viser... Mais je suis sûre qu'elle finira par le retrouver, ce gentil pouce!

 

En définitive, je pense que c'est d'abord quelque chose qui doit paraître naturel, aussi bien à la maman qu'au bébé. Je veux dire par là qu'on ne doit pas forcer un bébé, mais on ne doit pas forcer une maman non plus.

- Ni lui dire qu'avec la tétine, ce serait mieux, le bébé dormirait, limite, c'est miraculeux, comme je l'entends souvent. Rien ne m'agace plus que d'avoir l'impression qu'on me force la main, ou même, d'avoir l'impression d'être jugée parce que mon bébé ne prend pas la tétine.

- Ni lui dire que la tétine, c'est le mal, et qu'elle est une mauvaise mère parce qu'elle a cédé à l'appel de la tétine. Chacun fait selon ses convictions.


Je trouve qu'une maman a bien le droit de faire comme elle le veut, comme elle le sent. Vous aurez compris ici que le débat ne concerne pas seulement la tétine...

 

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans mon coeur
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 20:43

Pour inaugurer ma première participation à la communauté de Vivi, Films en Vrac, je ne pouvais pas faire l'impasse sur Les Maternelles, émission que toute femme attirée par la maternité se doit de connaître.

 

En fait, j'ai découvert cette émission il y a déjà quelques années, mais c'est vraiment lorsque je suis tombée enceinte que j'ai commencé à regarder. Entre des sujets tels que "Comment savoir qu'il faut partir à la Maternité?", "Je veux un troisième enfant!", "Comment lui faire lâcher sa tétine", etc..., les journalistes abordent toute une palette de thèmes qui touchent forcément un jour ou l'autre toutes les femmes.Mais les hommes ne sont pas oubliés, il y a d'ailleurs eu au moins une émission consacrée aux papas.

 

L'équipe est composée de quatre journalistes avec chacun sa spécialité:

  • Elizabeth Tchoungui: c'est la présentatrice de l'émission depuis septembre 2009. Avant elle, c'était Karine Le Marchand, qui s'illustre à présent sur des émissions hautement culturelles de M6 (sans commentaire... Et puis, je dis ça mais je suis vachement cliente de ce genre de télé-pourrie). Et aux débuts de l'émission, en 2001, c'était Maïtena Biraben, qui était franchement excellente, et oeuvre maintenant sur Canal+. Elizabeth, elle, peut fortement agacer lors des premiers visionnages, mais finalement, à force de regarder l'émission chaque matin (oui, je suis monomaniaque), on finit par s'y faire, et même par l'apprécier franchement.

 

  • Nadia Daam est la chroniqueuse spécialiste des forums, blogs et autres applis de smartphone. Elle est déjà connue de la "blogosphère", et a publié un bouquin intitulé "Mauvaise mère", et un autre "Mère indigne" (vous voyez le leitmotiv). Elle ouvre l'émission en exposant les divers sujets qui animent le forum de l'émission, et clôture le débat quotidien avec un tour d'horizon des divers sources multimédias sur le sujet. Nadia est drôle et sympa, et elle apporte de la fraîcheur à l'émission.

 

  • Thomas Chauvineau est le mâle de service des Maternelles. Il a une toute petite chronique en fin d'émission, qui a sa spécialité chaque jour: activité parascolaire, culture, nouveautés, histoire des couches/biberons/allaitement/mariage... Et le vendredi, il parle de sa petite famille (deux enfants au compteur), en projetant des images prises chez lui au camescope. Le personnage est sympatique et séduisant, mais sa chronique ne dure que 3 minutes sur une heure... C'est court. Et il peut être un peu agaçant à force de toujours insister lourdement sur l'importance des hommes. ON LE SAIT qu'ils sont importants, les hommes, indispensables, même.

 

  • Nathalie Le Breton: là, j'ai gardé le meilleur pour la fin, la crème des crèmes. Elle est présente depuis la création de l'émission. C'est elle qui anime les discussions avec les invités, avec douceur, énergie et intelligence. De plus, elle présente les livres pour adultes et pour enfants en rapport avec le thème de l'émission. Je suis totalement fan de cette femme, parce qu'elle est vraiment très très très passionnante, elle connaît parfaitement les sujets qu'elle aborde, elle est toujours souriante, enfin, bref, je l'aime beaucoup beaucoup. 

 

En plus de ces journalistes, un spécialiste et deux, trois (et parfois plus) invités viennent discuter du sujet de l'émission, traité dans la rubrique "J'ai un problème". En général, un invité "a un problème" (j'ai peur d'accoucher, je ne sais pas quel matériel de puériculture est indispensable, mon enfant ne dort pas la nuit, etc...) et les deux autres invités ont plus ou moins déjà eu et réglé ce problème, donc ils viennent témoigner. Le spécialiste (sage-femme, pédiatre, pédopsychiatre, ORL, etc...) apporte son avis éclairé sur le sujet.

 

Mon moment préféré de l'émission, c'est le petit reportage à la fin, le "Journal Intime".


Lundi, c'est "Un an à la maternité": immersion aux Bluets (ma maternité à moi), où l'on suit une sage-femme toute la nuit, un couple qui vient pour accoucher, des entretiens du planning familial... Passionnant, et émouvant.


Mardi, c'est "Devenir Parents": la caméra filme le quotidien de jeunes parents, et de leur fils âgé de quelques mois. C'est drôlement agréable de suivre tout ça, tous les progrès du petit Baptiste. J'adorais, surtout quand j'étais enceinte!

 

Mercredi, c'est "8 à la Maison" ou le quotidien d'une famille nombreuse (deux parents, six enfants). La mère est absolument fantastique, pleine d'énergie, à tel point que je me sens complexée: comment ça se fait qu'avec un seul bébé, je me traîne, l'âme en peine, et les yeux pleins de sommeil, alors qu'avec ses six enfants, elle pète la forme, va faire du roller, emmène ses enfants à de multiples activités et toujours bon pied bon oeil?


Jeudi, c'est "En attendant Bébé", qui suit le quotidien d'Aurélie et Mickaël, futurs parents... devenus parents d'une petite Anna, entre temps! Quelle émotion de voir le ventre de la jeune femme s'arrondir, et d'assister aux balbutiements de leurs premiers jours de prents!


Vendredi, c'est "Ma Vie d'Instit'": encore une femme extraordinaire, finalement l'institutrice (ou maîtresse d'école, ou professeur des écoles...) que l'on espère tous pour nos enfants. Imaginative, patiente (trèèèès patiente), et très jolie. Que demande le peuple?

 

J'aurais probablement l'occasion de vous reparler de cette émission, car c'est un peu ma nourriture quotidienne. En attendant, si vous avez l'occasion (et si vous ne travaillez pas, du moins pas en journée), regardez France 5 du lundi au vendredi à 8h55! (je vous assure que je ne suis pas sponsorisée!).

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Devant mes yeux
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 10:49

Alors, bon, à la base, tout individu lambda (et pas lambada, je sais que vous voulez danser, mais c'est pas l'heure (je suis fatiguée, excusez-moi)) qui a un téléphone portable et/ou un abonnement internet ou juste le téléphone chez lui, se fait harcler, je dis bien, HARCELER par son FAI/opérateur téléphonique. J'en suis ("Bonjour madame, je suis Roger de chez SFR, je vous appelle (du Maroc) pour vous proposer des offres exclusives (pour t'entuber/ te réengager pour 58 mois/ te braquer), exclusives je disais donc (qui ont été juste proposées à nos 258000000 abonnés par mes 576 collègues)"). Z'en avez marre des parenthèses? Ok, j'accélère.

 

Bref, déjà, à la base, se faire harcler pas téléphone, c'est quand même courant. Ne serait-ce que pour te vendre des doubles vitrages ou une superbe encyclopédie (j'achète le tome sur la lettre "V", comme Joey).

Si vous avez le malheur d'acheter quelque chose par internet, on peut calculer facilement que A + √B² = 8 fois plus d'emmerdes téléphoniques.

 

Mais tout cela n'est rien, oh non rien, comparé à si t'as un gosse (oui, j'ai décidé de te tutoyer, ça va plus vite, ne t'en formalise pas, ça va mieux avec le ton de l'article, en plus, et j'suis trop énervée pour mettre les formes).

Parce que quand t'as un gosse, dès la grossesse, t'es foutue. Tu commences à traîner par ci, par là sur le net, et là, tu t'inscris pour calculer ta date d'accouchement, pour avoir des conseils qui te suivent durant la grossesse, pour une liste de naissance, pour recevoir des cadeaux spéciaux pour les femmes enceinte, tu achètes des trucs pour ton futur bébé d'amour... Et là t'es FICHÉE (et fichue, oui). C'est-à-dire qu'ils choppent, au mieux, ton mail, au pire, ton mail/ton tél/ton adresse... Eeeeet c'est partiiii pour la valse des appels et surtout, des courriers, des mails, etc... Et puis, dans la plupart des maternités (mais moi, j'ai été épargnée), tu reçois la fameuse valise bleue, avec tout un tas de conneries d'échantillons dedans, que t'es hyper contente d'avoir, surtout les lingettes au paraben et les dosettes de lait, ainsi que la foultitude de bons d'achat.

 

Bref, je vous dis ça, parce que moi, je reçois au moins une fois par semaine, mais parfois deux voire trois, des courriers de La Redoute, de Vertbaudet, de Nestlé (ah naaaaaan mais j'm'en fous, là, je balance) et ponctuellement, de banques chez qui inscrire ma fille (bah voyons), entre autres. Je reçois régulièrement des appels pour me refiler des cadeaux qui t'engagent genre chez Hachette, et 18 mails par jour (bon, j'exagère, mais par semaine, ça oui) de Vertbaudet, et de Bébé Shopping... Et j'en ai tellement ras-le-c**! Et en plus, ils se plantent de nom parce que je ne porte pas le même que ma fille, ce qui m'énerve encore plus...

 

Bref, si vous tombez enceinte, résistez ou alors, créez un mail poubelle (je crois que ça, c'est essentiel). Une fois qu'ils savent où vous habitez, vous êtes foutue...

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans ma tête
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:30

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler des activités que l'on peut faire avec un bébé (grossesse comprise). En fait, la grossesse, c'est l'occasion de découvrir plein de nouvelles activités que l'on peut, pour certaines, continuer après l'accouchement.

 

C'est le cas pour le Yoga.

 

Comme je l'ai déjà dit, ma grossesse a provoqué chez moi un instinct de conservation sous la forme d'un désir de nature assez fort. Ce désir s'est traduit par des changements d'habitudes de consommation (cf ici, et ), mais pas seulement. Je suppose que c'est la même chose pour vous, mais enceinte, j'avais envie de (re)découvrir mon corps. Comme pour beaucoup d'entre nous, j'ai un rapport pas toujours très sain avec mon corps, entre malbouffe et désirs de régimes. Un an avant de tomber enceinte, j'ai perdu 18 kilos que j'avais accumulés depuis quelques années, entre autres après l'arrêt de la cigarette (bieeeen). Ces kilos perdus l'ont été par un régime (Dukan) et par un gros stress (début de ma vie active). Je suis donc redevenue mince. Et redevenue "dodue" après la grossesse, pendant laquelle je dois bien avouer que je me suis lâchée (on est gourmande ou on ne l'est pas, hein...). Bref, le poids n'est pas le sujet aujourd'hui.

 

Pour préparer mon accouchement, j'ai choisi le Yoga. Ça faisait quelques temps déjà que ça m'attirait, j'avais l'occasion d'en faire dans ma maternité (Les Bluets), j'ai donc sauté le pas.

 

Après un premier entretien individuel pendant lequel la prof m'a fait faire quelques exercices de respiration (Nadi Shodhana: la respiration alternée), rendez-vous avec d'autres futures mamans pour des exercices en groupe. Etirements, respiration, relaxation... J'ai vite accroché car c'est une activité qui fait travailler tout le corps, tout en le détendant, et en permettant à la future maman de communier sereinement avec son bébé.

 

Déroulement du cours de yoga prénatal:

 

Assises en tailleur/lotus sur des tapis autour de la prof, nous prononçons trois fois le "oooooooohmmmmmmmmmm", qui nous prépare physiquement et mentalement à entrer dans le cours. Au fur et à mesure des séances, mes "ohm" se sont allongés, signe que mon souffle était de plus en plus profond.

 

Puis, nous prononçons le "Nadi Shodana": on respire par la narine droite en bouchant la gauche, puis on souffle par la gauche en bouchant la droite. Ensuite, on respire par la gauche en bouchant la droite, etc... Apparemment, cela permet de purifier le système nerveux, sanguin et respiratoire. Personnellement, j'ai toujours un peu de mal avec toutes ces histoires de points d'énergie etc. Donc, pour moi, cette respiration permet surtout de se détendre et de se concentrer sur la respiration.

 

Ensuite, viennent les postures (après chaque posture, on se met dans la position de détente: recroquevillée, assise sur les genoux, la tête en avant reposant sur les poings, le dos droit: trèèèèès agréable, surtout quand on a mal au dos):

  • la Salutation à la Lune: debout sur les genoux (oui, la formulation n'est pas très bonne, mais je ne savais pas comment dire), on étire les bras devant et en l'air, en suivant un schéma (que je ne vous décrirai pas ici, vu que ça ne vous parlerait pas vraiment) et en allongeant la respiration. On se détend, on étire le dos, les bras, la colonne... C'est assez difficile au début (on manque de souffle, c'est fatigant) mais c'est assez gratifiant (on sent que ça travaille) et ça fait du bien au haut du dos.
  • La posture du chat: à quatre pattes, on inspire par le nez en étirant la tête vers le haut et les fesses vers l'arrière, puis on souffle par la bouche en rentrant la tête et le fesses et en arrondissant le dos. Le principal, c'est d'y aller hyper doucement, d'étirer le souffle le plus possible (c'est ce qui va servir pour l'accouchement, et puis, c'est mieux pour les muscles, pour le corps, pour tout).
  • Des postures d'équilibre: fixer un point à l'horizon, faire glisser un pied le long de la jambe en équerre, genou bien à l'extérieur et lever les bras au-dessus de la tête, joindre les mains et les redescendre (comme pour prier).

Après ces postures, une bonne relaxation, sur le dos, avec des exercices pour contracter chaque partie du corps puis une détente totale, en communion avec son bébé (qui en profite en général pour gigoter dans tous les sens).

 

Et pour conclure, à nouveau en tailleur, nous prononçons trois fois le "oooohmmmmm" et la séance est terminée.

 

Je vous ai décrit plus ou moins le cours que j'ai suivi, mais il est à préciser que la prof a inventé sa propre méthode, avec de nombreuses postures spécialement pensées pour les femmes enceintes. Toutes les séances de yoga proposées par les maternités ne sont pas de vraies séances; beaucoup de sages-femmes s'improvisent prof de yoga alors qu'elles ne proposent en fait que des séances de relaxation. Quant au yoga pratiqué en dehors de la maternité, il faut être méfiant car certaines postures du yoga classique ne conviennent pas aux femmes enceintes. (je précise tout cela, je ne fais que répéter ce que nous a dit ma prof, et je la crois bien volontiers). 

 

Le Yoga maman-bébé:

 

En fait, mon expérience n'est pas encore très concluante pour les bébés, c'est surtout un Yoga postnatal (très bien pour la maman) AVEC bébé. Mais peut-être que quand nos bébés seront plus grands, il sera plus facile de "Yoguer" avec eux (je ne sais pas si ça existe, mais j'aime bien). Parce que pour l'instant, ma fille préfère me regarder souffler et m'étirer, et n'aime pas trop quand je la prends sur moi ou que je la porte à bout de bras en faisant mes postures!

 

La séance débute et se termine de la même manière que le yoga prénatal, avec des "Ohm" et le "Nadi Shodana", puis souvent avec la posture du chat. Mais, à la différence du yoga prénatal, on sollicite les abdos en les rentrant, ET le périnée. On enchaîne sur des postures qui font travailler le périnée dans tous ses états, et on réveille doucement mais sûrement les abdos. Au final, les postures sont plus ou moins les mêmes que dans le yoga prénatal, mais adaptées à la femme qui a accouché, et qui souhaite se remuscler le bidou, le périnée et un peu tout le reste.

 

Mon avis (parce que quand même, ça peut vous être utile):

 

Je suis conquise aussi bien par le yoga pré que par le postnatal.

 

Pour le prénatal, il faut savoir que ça détend beaucoup (le dos, et le moral), et que ça fait travailler avantageusement le souffle (utile pour le Jour J). Personnellement, j'ai adoré le moment de prononcer le "oooohmmmm". En fait, c'est ce "ooohmmm" qui va servir pour l'accouchement: on souffle le plus lentement possible en prononçant un son monocorde mais c'est finalement assez mélodieux. Plus on progresse dans le cours, plus le son vibre dans les cordes vocales, dans tout le corps, et on se sent bien, bien, bien...

Le jour de l'accouchement, je m'en suis servi pour me détendre et souffler lors des contractions. Je ne vous cache pas que les "ohm" se transformaient en "arrrrgggghh" et en cris plus ou moins forts. Mais quand même, ça m'a bien aidé.

Je suis donc totalement pour!

 

Pour le postnatal (je suis en plein dedans): c'est franchement cool, on réveille ses muscles un à un, on travaille le périnée qui, on ne va pas se mentir, a sacrément morflé, et on étire son dos (et surtoutla nuque, les épaules et la zone derrière les omoplates qui fait bien mal quand on allaite...). En gros, c'est un bon moyen de se réapproprier son corps.

 

Si ça vous tente, je peux vous donner les informations pratiques de mes cours (c'est à Paris). C'est une femme très chaleureuse, qui aime bien bavarder et je vous avoue que c'est en partie ce qui m'a attiré, au départ. Pouvoir échanger avec elle et d'autre futures mamans.

 

Oooohmmmmmmmmmmmmmmmmmm

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:01

Je ne suis plus la même personne qu'avant l'arrivée de ma bichette. Qu'on se le dise, l'arrivée d'un chiard mioche nain bébé, ça change pas mal de trucs... Liste non-exhaustive...

 

Avant, les vendredis et samedis soirs (voire les jeudis) étaient synonymes de cafés, resto, potes, mojitos, et taxi à 4h du mat'.

Maintenant, les jeudis, vendredis et samedis soirs sont synonymes de dîner à 19h, coucher à 22h. (ah, nan, là, je rêve).

 

Avant, les vendredis, samedis et dimanches matins n'existaient pas.

Maintenant, ils commencent à 7h par des pleurs (éventuellement) et une grosse couche (systématiquement).

 

Avant, mes magasins préférées étaient Kookai, Zara, Gap, ...

Maintenant, c'est Petit Bateau, DPAM, Vertbaudet...

 

Avant, je tapais sur clavier avec deux doigts (mes deux index mais je tape très vite même comme ça...)

Maintenant, je tape avec un seul doigt, l'autre bras tient ma fille.

 

Avant, mes bras étaient tout fins.

Maintenant, ils sont musclés, à force de porter 6 kilos à longueur de journée.

 

Avant, mes seins étaient toniques, sexy, et appétissants.

Maintenant, ils sont appétissants.

 

Avant, j'adorais la "junk food".

Maintenant, je m'intéresse au Bio.

 

Avant, couches lavables, cododo et écharpes, je trouvais ça ultra hippie, voire écolo-intégriste.

Maintenant, je fais les trois, et je trouve ça ultra génial.

 

Avant, je ne connaissais pas les mots colostrum, méconium, RGO...

Maintenant...

 

Avant, j'écoutais Arcade Fire, Radiohead et Incubus (Britney, Lady Gaga et Rihanna)

Maintenant, j'écoute "Les chansons et comptines de notre enfance"... et j'aime ça.

 

Avant, je lisais Hugo, Nancy Huston, ou Gavalda.

Maintenant, je lis Marcel Rufo et Laurence Pernoud.

 

Avant, j'étais parfois désoeuvrée le dimanche après-midi (mais SORS, malheureuse! Profite! Va au ciné, au resto, chai pas, fait quelque chose!)

Maintenant, je n'ai même pas le temps de prendre une douche...

 

Oui mais avant, je rêvais d'avoir un enfant.

Et maintenant, j'ai la plus merveilleuse petite fille du monde, et je suis la plus comblée du monde...

 

 

Beaucoup d'autres changements, bien sûr...

Et vous? Qu'est-ce qui a changé avec l'arrivée de votre bébé?

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans mon coeur
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:02

Dans le club ouvert des Nuits de Merde. Eh oui, miniplume nous en a fait une belle, cette nuit, du style à ne pas dormir plus de deux heures (grand max) d'affilées. Dur dur. J'avais lu hier chez Maman Sioux un beau récit de NDM le jour-même, sans penser que je devais me préparer à la même chose...

 

Sensation de colère intense. Je crois que c'est encore plus difficile que quand elle ne faisait pas ses nuits, jamais. Là, on a pu goûter pendant dix jours à l'ivresse des nuits complètes, et même s'il faudrait que je dorme 22h toutes les nuits/jours pendant six mois pour rattraper mon sommeil en retard, dormir ne serait-ce que plus de 6h par nuit, c'était déjà le pied.

Du coup, j'étais vraiment en colère et désespérée, cette nuit. C'est fou comme la nuit, tout s'intensifie. Ca me semblait catastrophique, qu'elle ne dorme pas. La fin du monde. L'horreur sur terre. J'ai soufflé, soufflé et la maison s'est envolée chéri a pris le relai. Enfin, il a essayé, parce qu'au début, la bichette ne se calmait que dans les bras de maman. Mais la maman craquait complètement, soufflait encore plus fort en râlant "Ah nan mais là, j'en peux plux, je vais péter un plomb". Oui, madame, je craquais. De toutes façons, au bout d'un moment, la bichette ne se contentait plus des bras de sa maman.

On savait ce qu'elle avait, a priori, les dents. Oui, vu la bave, les mains à la bouche, et surtout, cette nuit, les petits cris aigus (et bien désagréables). Mais comment la calmer? Trois doses de "Camilia" prises dans la journée, apparemment, ça ne suffit pas.


Finalement, je l'ai prise en cododo dans le lit, et branchée à mon sein droit. Au bout de vingt minutes, miniplume recommence à s'agiter. Je la branche donc à mon sein gauche: même combat, avec en prime, une manière de me pincer le bout du sein ultra désagréable. J'essaie de lui faire comprendre qu'il n'y a pas moyen qu'elle tète comme ça, mais ras-le-bol, au bout de je ne sais pas combien d'heures de nuit mal dormies, je m'énerve et la remet dans son lit, en râlant. C'est finalement papaplume qui s'en est occupé jusqu'au matin (elle s'est endormie sur lui). Et elle l'a réveillé en lui mordant le sein, décidément! Mais il n'a pas de lait, lui.


Heureusement qu'elle était toute mignonne avec son beau sourire et ses bonnes joues...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans mon coeur
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 11:16

Aujourd'hui, je voudrais vous parler de ma copine Sophie. Je suis sûre que vous la connaissez, comme la plupart des parents. Mais siiii, Sophie, la grande gigue, avec son long coup, son grand sourire et ses yeux tous ronds? Je veux bien sûr parler de Sophie la Girafe! (mais je crois que vous aviez deviné).

 

 

girafeJe vois déjà nombre d'entre vous hurler que vous la haïssez, qu'elle est laide, qu'il y en a ras-le-bol de la voir, celle-là, qu'elle est dans tous les foyers de France et de Navarre et que ça suffit, hein!

Attendez, comprenez-moi bien: moi aussi, ça m'agace de la voir absolument partout, et au départ, je ne comprenais pas l'engouement général autour d'une girafe.

 

Mais depuis que ma bichette fait ses dents, je suis carrément enthousiaste! Cette girafe est en fait multi-fonctions, et honnêtement, elle vaut bien tous les jouets du marché actuel. Enfin, je crois...

 

Premièrement, elle parvient à distraire ma fille de ses délicieux "pouêts-pouêts" lorsqu'elle est en (petite) crise. Ca ne marche pas à tous les coups, mais presque. Disons que si c'est la grosse crise, avec hurlements, yeux exorbités et morve et larmes ruisselantes, là, pas la peine d'agiter la girafe, c'est bras, câlins et bercements obligatoires. Mais quand mini-plume grogne et qu'on ne sait pas si elle pousse, si elle râle, ou si elle teste sa voix, la girafe peut faire l'affaire.


Deuxièmement, et surtout, depuis quelques jours, mini-plume "fait ses dents", du moins, c'est ce que nous, jeunes parents débutants à l'affut, pensons. Depuis plusieurs semaines, elle bavait abondamment, mais ne semblait pas souffrir spécialement, bien qu'elle morde tout ce qui lui passait à portée de bouche. Mais à présent, elle se tord dans tous les sens, elle hurle à peine couchée (pas de bol, elle qui vient de commencer à faire ses nuits...), en mettant ses doigts, nos doigts, ses pieds, nos bras, nos épaules, mes seins, dans la bouche et en pinçant (aïe). Bref, il semblerait que l'une des seules choses qui la calment est Mlle Sophie. Les cornes et les oreilles sont assez agréables, apparemment, mais ce sont surtout les jambes et les sabots (une girafe a-t-elle des sabots?) qui remportent un franc succès.

Bon, le problème, c'est qu'après, au lieu de sentir le lait au caramel (oui, oui, mon lait sent bon le caramel, une fois dans le gosier de ma fille), ma bichette sent le caoutchouc. Mais bon, franchement, c'est un petit désagrément pour un gros bénéfice.

 

Je vous disais que Sophie était l'une des seules choses qui calmaient les gencives de chérinette; en réalité, l'autre chose qui la calme, c'est un biberon (d'eau minérale). Je n'ai jamais pu me résoudre à filer une tétine à ma fille (c'est un autre sujet) et elle est encore allaitée, comme je vous le disais il y a quelques jours. Mais par hasard, avec la vague de chaleur qui nous assaille en ce moment, nous lui avons donné un biberon d'eau, pour être sûre qu'elle reste bien hydratée. Bref, cette petite chouquette a chopé le biberon de ses deux mimines ultra fortes, et l'a mordillé avec entrain. Depuis, dès qu'elle a mal, nous dégainons au choix Sophie ou le bib', et la crise passe assez facilement.

 

Je dois maintenant vous laisser car, pendant que je tapais tranquillement la discut' avec vous, ma bichette vient de pondre un caca nucléairement atomique...

 


 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans ma tête
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 09:27

Au fait, j'vous ai même pas raconté mais il y a quinze jours, avec papabichette, on a tenté notre deuxième sortie en amoureux, et on est allés voir Florence Foresti.

J'avais très hâte, d'autant que j'avais vraiment adoré le premier spectacle, mais je n'étais pas allée le voir en vrai. Par contre, j'avais l'appréhension de la maman qui laisse son petit bébé, et évidemment, la culpabilité, fidèle ennemie de la jeune maman. Bon je dois avouer que ce sont mes parents qui gardaient bichette, mais quand même!

 

Bref, nous partons, le coeur mi-figue/mi-raisin, laissant derrrière nous un bébé hurlant, tout rouge et plein de larmes et nous dirigeant vers une immense salle où les larmes - de rire - nous attendent. Déchirement mêlé à l'excitation. Très vite, je me détends, et je trépigne dans le métro.

 

La file d'attente est monstrueuse, mais finalement, ça passe assez vite, puisque je harcèle papabichette avec des "T'es sûr que ça va aller? Tu crois que je dois appeler? Est-ce que je laisse mon téléphone en silencieux?". De toutes façons, on était trop loin pour revenir vite en cas de problème, et de toutes façons bis, je n'ai pas regardé une minute mon téléphone tellement je me bidonnais.

 

Donc, le spectacle commence, et là, je me suis demandé si le baby-blues (faudra en reparler de celui-là) était vraiment parti parce que je commence à avoir la gorge serrée et à pleurer un toutpetitpeuchouïa. Faut pas croire, mais être enfermée avec mon bébé pendant des mois sans voir beaucoup de monde, ça m'a minée. Pourtant, j'adore rester avec elle et la regarder grandir, adorablement. Mais c'est dur de ne jamais parler à des adultes, sauf à papabichette, heureusement, et surtout, d'avoir toute sa vie qui tourne autour d'elle. Et ma vie à moi? Mise de côté. Bref, les émotions d'être dehors, devant un spectacle qui commence en en mettant plein la vue, musique à fond, lumières éblouissantes, et Florence au milieu, ça m'a émue. Mais une bonne émotion, pleine de fébrilité, de joie, d'excitation (encore une fois).

 

Je ne vous raconterai pas le spectacle, puisque déjà, ça ne serait pas un poil drôle et puis, il faut le voir. Je vous dirai seulement que, une fois de plus, elle voit juste et sait souligner la plupart des événements de la vie de nouveaux parents en humour. Non, attendez, ça ne va pas.

Je me suis trooooop marré, je me suis presque pissé dessus, heureusement que ma rééduc du périnée était presque terminée, c'était tordant, pliant, bedonnant, bref, c'était ce qu'il me fallait. Je n'ai pas regardé ma montre une minute (façon de parler, je n'en ai pas, de toutes manières), ça passe extrêmement vite. Et le dernier sketch, celui du rappel, est excellent, presqu'aussi drôle que celui de l'avion Barbie du spectacle précédent (mais je crois que le spectacle et ce sketch en particulier sont inégalables en marritude).

Un petit bémol pour ceux et celles qui n'ont pas d'enfants (et qui n'en ont pas encore envie): le spectacle ne parle, vraiment, quasiment que de la maternité/paternité, et de la grossesse. Donc, ça peut ne pas être super drôle quand on n'est pas concerné.

 

Mais moi, j'ai tellement rigolé que j'en ai oublié mes inquiétudes. Et j'ai bien fait, petite plume dormait tranquillement quand nous sommes rentrés...

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Devant mes yeux
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 11:10

Attention, cet article ne me sert qu'à me plaindre, petit coup de gueule (ouf, ça fait du bien).

 

Si vous avez lu un peu tout le Blog (allez, un petit effort, il est tout neuf, tout petit, y'a pas encore trop de pages à lire... Je sais, un peu austère, sans images, mais ça viendra, ça viendra), donc, je recommence.

Si vous avez lu un peu tout le Blog, vous savez que je suis (jeune) prof de français. Je débute réellement dans le métier (un jour, faudrait que je fasse la liste des choses dans lesquelles je débute...), puisque je n'ai enseigné qu'un an, l'année de stage. Cette année, grossesse oblige, j'étais en congé et bien contente de l'être. J'ai même pris un congé parental sans solde (♥la Caf et moi♥ >>> 0€ par mois) tellement je ne voulais pas retourner travailler je voulais rester avec ma bichette. Mais bon, comme vous le disait Mamie, toutes les meilleures choses ont une fin, et mon congé respecte cet adage puisque c'est la fin des haricots en septembre. Il me faudra donc reprendre le chemin de l'école (enfin du collège) dès le 1er septembre. Horreur et damnation, je n'ai teeeeellement pas envie! Sans parler du fait que je devrai laisser miniplume à des mains inconnues, mais j'aurai probablement l'occasion d'en reparler.

 

Mais ce dont je voulais vous parler aujourd'hui, c'est de l'administration dans l'éducation nationale, un grand moment de solitude...

Quand on est prof et qu'on n'a pas la chance d'être nommé dans un établissement sympa - ou dans mon cas dans un établissement tout court - on doit se taper deux fois dans l'année les mutations. A savoir, le prof doit faire des voeux sur son compte personnel privé rien qu'à lui, et après le rectorat lui dira d'aller se faire foutre si oui ou non il va accéder à sa demande.

En l'occurence, quand tu es débutant dans le métier (comme moi), tu peux être sûr que ta demande va être rejetée. C'est d'ailleurs assez vexant puisque ma demande du mois de janvier a été rejetée, et j'ai reçu non pas un, ni deux mais six messages, oui oui oui, me disant que ma demande de mutation a été rejetée. Ok, ok, pas la peine de vous énerver, j'ai compris, je ne suis pas (encore) demeurée.

 

Voilà comment ça se passe: en janvier, c'est la première phase, la phase intra-académique. (Ah, oui, j'oubliais, quand tu travailles à l'Education Nationale (EN, pour les intimes), tu apprends vite le jargon. Par exemple, cette année, j'étais TZR et mon RAD était dans le 91.) Bref, tu vas sur ta plateforme ultra secrète etouetou, et là, tu dis "j'voudrais aller dans telle académie, et puis telle autre si la première c'est pas bon et puis...", etc. Bref, moi, je n'ai pas eu l'académie que je visai donc je reste dans la même que cette année.

Et puis en avril, une deuxième phase, intra-académique (pfff) pendant laquelle tu dis où tu aimerais aller dans l'académie. Tu as le droit à 20 voeux, et dans ces voeux tu peux demander une commune, un "groupement de communes", un département, un collège, un lycée, etc... Bref, tu demandes ce que tu veux, et de toutes façons, en général, tu n'as rien. Genre, moi, l'année dernière, j'ai eu mon vingtième voeux: être remplaçante dans un département de l'académie, n'importe quel poste. Super.

 

Cette année, ça se complique encore: fallait gérer tout ça à distance avec l'établissement qui s'occupe de mon dossier, à 2h en RER de chez moi. Ce qui est sympa, c'est quand la secrétaire ne fait rien pour t'aider. Du style, elle t'appelle un jeudi matin à 8h du matin (attendez, moi, je suis en congé parental, alors m'appeler à 8h c'est un peu me vouloir du mal, quoi), bref, elle t'appelle pour te dire que tu dois te déplacer pour signer un papier. Et quand tu lui rétorques que c'est loin, que personne ne peut garder ta fille et que tu n'as pas le permis, elle te dit qu'il faut venir signer le papier.

"Attends, connasse, je viens de te dire que JE NE PEUX PAS!". Non, je ne lui ai pas dit ça, même si c'était tentant... Je vous passe les détails, mais en gros, avec des histoires de fax et de courrier à renvoyer le jour-même, on pouvait plus ou moins se débrouiller.

 

Là, je vous l'ai faite courte, mais ça m'a pris la tête une bonne semaine. Tout ça pour que, de toutes façons, on refuse tous mes voeux, les uns après les autres.

Ce qui m'agace le plus, c'est qu'on dirait qu'ils font tout compliqué pour te faire chier. Alors, déjà que moi, ce boulot ne m'éclate a priori pas (pour l'instant), je trouve ça encore plus décourageant. J'ai tellement envie d'envoyer tout valdinguer. Mais je tiens bon.

 

En tout cas, c'est grâce à ma bichette que j'ai pu m'en sortir, de cette embrouille, puisque je me suis dit que je n'allais pas me laisser marcher sur les pieds, et que je n'avais pas à me déplacer donc qu'elle (la secrétaire) avait intérêt à me trouver une solution. Pour elle, je veux m'affirmer.

C'est d'ailleurs la seule chose que je retiens de cette histoire.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans ma tête
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 10:15

Ne pas crier victoire trop vite... Mais quand même! Une semaine que chérinette "fait ses nuits"! Oui, oui, oui, mesdames, messieurs, ça y est, elle semble avoir compris le truc! Et puis alors, quand elle comprend le truc, c'est carrément la folie, avec des nuits de 8h et plus... Vous me détestez? Oui, vous avez raison.

 

En écrivant ça, je ne peux pas m'empêcher de craindre un retour en arrière.

 

Ou bien...

De l'espérer? Non, non, je ne suis pas folle mais finalement, qu'est-ce que ça veut dire, qu'elle fasse ses nuits? Eh bien, qu'elle accepte, peu à peu, de se détacher de moi, pour être autonome. Elle grandit. C'est bien? C'est bien. C'est trèèèès bien. Mais ça me rappelle qu'effectivement, on fait des enfants pour les voir grandir et se détacher de soi. Une étape passée, la suivante sera? La diversification, le sevrage, le premier appart toute seule, et ça y est, ma fille se marie, je suis grand-mère, argh!

 

Non, bon, je vais trop vite. Mais elle aussi, elle grandit si vite! Elle n'a que cinq mois, cinq tous petits mois, et elle n'a déjà plus rien à voir avec le nourrisson qui dormait toute la journée (enfin, ce moment là n'a duré que deux jours), qui regardait le monde sans sembler y participer, sans nous voir, sans sourire.

 

Maintenant, elle a appris à se mettre sur le côté pour dormir, à attraper les jouets bruissants qui l'intéressent, à nous regarder avec intensité et à nous parler sans mots distincts (quoi que je sois persuadée de l'entendre dire "maman" de temps en temps), et surtout à nous sourire et à rire aux éclats, mélodie la plus douce que l'on puisse entendre. Elle est entrée dans la vie, et l'empoigne à pleines petites mains. De jour en jour, elle semble apprendre de nouvelles choses. Naturelles pour nous, dinosaures, mais exceptionnelles pour elle. Savoir d'où vient le son, la voix qui lui parle, à qui sont ces mains, pourquoi ça fait du bruit, c'est drôle cette sensation de l'air sur le visage... En l'observant, on assiste à une évolution encore plus flagrante que celle de Darwin. C'est beau, c'est agréable, c'est ce que l'on souhaite. Mais c'est vrai que là, tout au fond du coeur, une petite voix monte à mon oreille et me chante que mon bébé va devenir petite fille et que ce n'est que le début. Alors, comme on aimait dire au collège, Carpe Diem, cueille chaque jour les sourires, les câlins, des images vivantes et réconfortantes de ton bébé.

 

Bon, cela dit, c'est drôlement agréable de dormir!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans mon coeur
commenter cet article

Où C'est Qu'on Est, Ici?

  • : Nouvelle Plume
  • Nouvelle Plume
  • : Une femme, une maman, une prof, une cinéphile, une littéraire, une imbécile, une intello.
  • Contact

Me voir sur HelloCoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez LuPlume sur Hellocoton

Tentative De Rangement...