Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 07:00

Moi, d'abord, j'ai été tagguée (et toc!) par MamanSioux. Et comme c'est ma première fois, et que je trouve ça amusant, je réponds à ce tag.

Le but, c'est de raconter les premiers petits boulots de nos vies antérieures, avant le vrai boulot (mais peut-être que mon vrai boulot actuel fera bientôt partie de la liste).

 

Voici donc mon CV-Tag:

 

1. Mon tout premier job, ça a été baby-sitter. J'ai d'abord gardé mes petits voisins à plusieurs reprises, toujours de pire en pire. D'abord, la petite qui pleure tout le temps, puis qui me fait une crise parce qu'elle ne veut pas dormir, et enfin, les trois gamins qui veulent bien se coucher mais... dans le lit des parents! Et la dernière fois, je devais accompagner le garçon, d'une dizaine d'années, à une compétition de judo ou de karaté, bref, d'un quelconque sport de combat, et un de ses petits copains, dans une banlieue lointaine. Je n'avais jamais pris le RER toute seule, et bien entendu, j'ai pris le train dans le bon sens mais en suivant la mauvaise branche. La cata, et les deux enfants étaient assez déchainés. Finalement, on est arrivés trop tard... La Te-Hon, ils ont raté leur compèt' à cause de moi. Mauvais souvenir, donc (mais rigolo, dans le genre loose attitude).

Puis, j'ai gardé plusieurs fois le fils d'amis de mes parents, et là, c'était nickel, il était adorable, je lui lisais des histoires. Un bon souvenir!

 

2. J'ai été, à plusieurs reprises, caissière-serveuse dans une grande chaîne de Fast-Food Belge, vous savez, celle qui a eu des problèmes niveau bactéries...

La première fois, j'avais dix-sept ans, c'était juste après le Bac, et je venais de rencontrer un garçon, qui sera ma première grande histoire (mais là, c'est un autre sujet). 'Fin bref, je devais partir en vacances au mois de Juillet, mais je voulais ABSOLUMENT rester à Paris, pour continuer à le voir. J'étais prête à accepter n'importe quel job, du coup. J'ai donc trouvé ce boulot, une bonne excuse pour rester, et des sous (si peu) pour les vacances.

Je devais arriver à 6h30 car le resto ouvrait à 7h30, pour le petit déj, et il fallait tout mettre en place. J'en garde un assez bon souvenir malgré tout. Les points négatifs, c'était qu'il fallait se lever hyper tôt, pour se retrouver dans des odeurs de friture, et j'étais hyper lente alors qu'il falalit speeder pour avoir le temps de tout préparer avant l'arrivée des premiers clients. Du coup, on me faisait un peu des coups de pression, mais tout finissait toujours par se régler, un moment ou l'autre. Les points positifs, c'était que tôt le matin, les clients venaient au compte-goutte, et j'étais plus ou moins tranquillou, avec des collègues assez sympathiques (des jeunes).

La deuxième fois, c'était l'année suivante, et j'y suis restée huit mois, l'année de ma première année de Fac. C'était déjà plus chiant, je bossais de 8h à 16h quasi non-stop (enfin, je crois que j'avais une heure de pause au milieu) et là, c'était blindé de monde, et je n'étais pas sur la même longueur d'onde que mes collègues, qui, pour une bonne partie, comptait faire carrière dans le resto. Mais, finalement, ils étaient assez sympas. Par contre, les clients étaient de vrais cons pour beaucoup, à ne pas dire bonjour, s'il vous plait ou merci, et même, à ne pas faire de phrase complète. Je me souviens très bien d'un client qui s'est planté devant moi et qui m'a dit "Poulet". Euh, oui, t'es débile? Tu veux quoi, exactement? J'ai fini par lui servir n'importe quoi. Et puis, le rush, le stress, kes clients mécontents qui attendent trop longtemps à leur goût, ceux qui vont rater leur train (le resto était en face d'une très grande gare parisienne...), les débiles qui te traitent comme une sous-merde, les cas sociaux, quoi. C'était assez épuisant.

Et j'ai re-rebeloté, pendant encore deux mois (mais je ne sais plus quand exactement), et c'était comme la deuxième fois, épuisant et sous-payé, mais j'avais l'avantage d'être connue du resto et donc plutôt bien accueillie.

 

3. J'ai été secrétaire dans un centre de psychanalystes. Ma meilleure amie faisait du baby-sitting pour l'une de ces psys, et c'est par son intermédiaire que j'ai passé l'entretien et été prise pour un an, toujours en même temps que mes études.

Je devais prendre les RDV des patients, les déplacer, accueillir les nouveaux, créer des dossiers.

Premier problème: je n'y connaissais rien.

Deuxième problème: avec ma confiance en moi proche du néant, j'étais assez mal à l'aise (les psys ne sont pas forcément les personnes les plus agréables du monde, loin de là, et surtout, elles savent bien vous mettre mal à l'aise).

Troisième problème:avec ma non-confiance, je suis mal à l'aise au téléphone.

Quatrième problème: je suis bordélique et le mot est faible.

Du coup, j'avais un peu de mal à m'organiser, les posts-it partout mais jamais au bon endroit, la liste super longue de patients à rappeler, que j'avais toujours du mal à appeler carje ne savais jamais quoi ni comment leur dire, bref, une série de choses plus ou moins agréable.

Là encore, des points négatifs et es points positifs.

Négatifs: une moitié des psys était désagréable avec moi, ils me regardaient de haut, ce qui ne m'aidait pas à me sentir bien. J'étais fatiguée car à l'époque, je faisais de longs trajets de chez papaplume (qui habitait chez ses parents, et c'était loiiiin) et ça n'aidait pas pour mon organisation. Je ne me sentais pas à ma place. Vous savez, comme quand vous vous retrouvez avec des personnes beaucoup plus riches, ou d'un milieu social beaucoup plus aristo, enfin, vous voyez quoi. Des conneries, en fait. En plus, je viens quand même d'un milieu assez privilégié, mais je ne sais pas, je me suis sentie couillonne.

Positifs: l'autre moitié des psys était adorable. J'ai appris beaucoup de choses, j'ai assisté une ou deux fois à des réunions de psys, qui abordaient anonymement bien sûr, dans le respect du secret, des cas de patients, et c'était passionnant (je pense même à ce métier, de temps à autre). Même si je n'étais "que" secrétaire (enfin, plutôt une mauvaise secrétaire), paradoxalement avec tout ce que j'ai dit sur le fait que je ne me sentais pas à ma place, j'étais plutôt fière de travailler dans ce centre.

C'était vraiment une expérience très enrichissante (c'est pas ce qu'on dit? C'est d'une banalité!!!!.... mais c'est vrai) qui s'est terminée par un coup de pied au cul, puisqu'on m'avait promis un CDI, l'autre secrétaire me l'avait confirmé, et le lendemain, finalement, on m'a annoncé que mon contrat ne serait pas renouvelé. Je n'étais pas si mauvaise, donc je l'ai eue mauvaise, mais à la réflexion, c'était bien que ça s'arrête.

Mais je n'avais pas tout perdu car j'avais rencontré une psy qui m'a proposé de bosser chez elle, au black par contre (grosse erreur car aujourd'hui, je n'ai pas droit aux aides de la CAF à cause de ça! Je ne cumule pas assez de trimestres... mais je m'égare).

 

4. J'ai été secrétaire... Ah nan, en fait. Je n'étais pas secrétaire, chez elle, j'étais ouvreuse de porte. Et c'est tout. Mon travail consistait à ouvrir la porte aux patients. Point. Je n'avais même pas à les conduire à la salle d'attente, non non, juste à leur ouvrir. elle avait besoin de quelqu'un, il y avait des problèmes d'interphone, la porte ne s'ouvrait pas automatiquement, elle s'était déjà fait voler des trucs donc elle voulait quelqu'un. Bref.

C'était parfait: installée dans leur grande cuisine, j'avais mon ordinateur portable et je jouais aux sims travaillais sur mon mémoire puis sur mon Capes. Ca a duré deux ans, et j'ai passé d'excellents moments à discuter avec la psy (sans me faire analyser!). Ce qui a été moins drôle, c'est quand, en ouvrant la porte à une patiente, je me suis retrouvée nez à nez avec une jeune femme que j'avais rencontré à un mariage quelques jours plus tôt: nous nous étions demandé où nous nous connaissions. Ah bah oui, en fait, tu te fais analyser chez la psy avec laquelle je bosse. Hum (malaise).

 

Et puis, j'ai eu mon Capes. Et puis, l'histoire de mes petits jobs s'est terminée. Du moins, pour un temps...

 

Je veux bien passer le flambeau, mais je ne sais pas qui a déjà fait ce tag ou pas. Alors, disons, euh...

Le monde de Petit Bout

Cécilie

Et bien sûr, qui voudra!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans ma tête
commenter cet article

commentaires

Cécilie 09/07/2011 00:29


Voilà m'dame, j'ai fait mes devoirs ! http://www.histoiresdenombril.fr/?p=929

Je trouve ton parcours super enrichissant. Ce n'est pas le cas du mien lol.


LuPlume 09/07/2011 09:21



Merci, quelle réactivité! Moi, j'l'aime bien ton parcours. Quant au mien, oui, c'était enrichissant (sauf d'un point de vue littéral...)


Bisou!



Où C'est Qu'on Est, Ici?

  • : Nouvelle Plume
  • Nouvelle Plume
  • : Une femme, une maman, une prof, une cinéphile, une littéraire, une imbécile, une intello.
  • Contact

Me voir sur HelloCoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez LuPlume sur Hellocoton

Tentative De Rangement...