Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 20:05

Je suis tombée par hasard sur un article plus qu'intéressant chez Sophie, qui relayait elle-même un article vu chez Béatrice. A mon tour, je vous fais partager ces quelques propos, indispensables à lire, car il faut effectivement savoir s'indigner, savoir réclamer des conditions de travail et d'apprentissage acceptables pour nos enfants et leurs enseignants.

 

En tant que professeur (mais au collège-lycée) je me sens d'autant plus concernée que, si cet entassement démarre dès la maternelle, il continue au collège, au lycée, et encore à l'université.

Pour info, des classes à 40 au lycée, ça existe. Et c'est juste inadmissible. Nous ne sommes pas des animaux, et pour apprendre, ainsi que pour enseigner, toujours, il est indispensable d'avoir un minimum d'espace vital. C'est bien encore la preuve que l'enseignement est totalement délaissé.

 

Alors, n'oublions pas que l'enseignement donne des clés pour l'avenir de nos enfants.

 

Je vous laisse lire des morceaux choisis de cet article (article original chez le blog Maternailes) rédigé par Christine Lemoine, enseignante en maternelle, qui donne un grand coup dans la fourmilière et ça fait du bien:

 

À compter du 1er janvier 2012, les poules pondeuses de l'Union européenne devraient théoriquement disposer d'un peu plus de place dans les cages collectives des élevages en batterie.
Elles vont passer de 550 cm2, soit la surface d'une feuille A4, à 750 cm2.
L'europe veille à l'espace vital des poules, on est content pour elles...

Septembre 2011, une collègue accueille 32 élèves de grande section dans sa classe parisienne de 40 m2.
1,25 m2 par enfant...
Il n'y a pas d'autres alternatives : les enfants vont passer une année d'école vissés sur une chaise, à chuchoter.
Pas de coins jeux, pas de déplacements, pas d'échanges possibles.
À 5 ans." [...]. 

"Fixons 2 seuils vitaux pour les élèves de maternelle  :

Un nombre de m2 par enfant en dessous duquel on ne peut descendre (on arrive bien à l'imposer pour les poulets, pourquoi pas chez les humains).
Un nombre d'enseignant par élève qui permette les apprentissages et une sécurité tant physique qu'affective : un enseignant pour 25 élèves.

 

Bouclier-Enfant-Mater.PNG

 

Je vous invite à partager cet article, cette citation, le site, l'image, tout; relayez, si vous le pouvez. Et n'oubliez pas, c'est vital, pour notre avenir, de ne plus laisser de côté l'enseignement.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by LuPlume - dans Dans ma tête
commenter cet article

commentaires

Marc Lefrançois 01/02/2012 10:25

En effet, avant de me consacrer à l'écriture, j'étais enseignant. Je faisais des remplacements et je n'en revenais pas des conditions d'enseignement qui étaient déjà considérablement dégradées...
Même les vieux profs, ceux qui maîtrisent le plus, normalement, étaient complètement dépassés!

LuPlume 01/02/2012 20:48



Aujourd'hui, les enseignements sont clairement déconsidérés. Tout le monde s'en fiche, et pour le coup, même si nous espérons tous du changement en 2012, je doute que nous soyions suffisamment
intéressants pour que l'on s'indigne enfin des situations dans lesquelles nous sommes.


Et je ne te parle pas des enseignants qui débutent cette année, largués directement à temps plein devant des élèves...



Où C'est Qu'on Est, Ici?

  • : Nouvelle Plume
  • Nouvelle Plume
  • : Une femme, une maman, une prof, une cinéphile, une littéraire, une imbécile, une intello.
  • Contact

Me voir sur HelloCoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez LuPlume sur Hellocoton

Tentative De Rangement...